Support Séralini Team for GMO Risk Research - CRIIGEN
Soutenir le CRIIGEN

Etude scientifique : des résidus de roundup plus importants dans l'alimentation OGM

Lundi 28 Avril 2014

Une nouvelle étude scientifique tend à démontrer que le soja OGM, modifié pour tolérer un ou des herbicides, contient des doses importantes de résidus d'herbicide à base de glyphosate (Roundup), dont l'impact sur la santé reste mal évalué.

Le soja aux États-Unis représente la deuxième plus grande récolte américaine après le maïs et couvre environ un quart des terres agricoles. Le pays est en passe de se faire ravir la place de premier producteur et exportateur mondial par le Brésil, qui a dopé sa production à coup de déforestation massive. Selon le Département américain de l'Agriculture (USDA), plus de 90% du soja cultivé a été génétiquement modifié pour tolérer un ou plusieurs herbicides, dont la quasi-totalité résiste au Roundup, à base de glyphosate, de Monsanto. En revanche, la production biologique de soja reste marginale, représentant moins de 1% de la superficie totale consacrée au soja, les 9% restant étant consacrés aux cultures conventionnelles.

Si les Américains, comme les Européens, ne mangent pas directement ces légumineuses, cela ne signifie pas pour autant qu'ils n'y sont pas exposés. Après la récolte, le soja est broyé et divisé en deux parties : principalement l'alimentation pour animaux afin de produire hors-sol la viande qui finira dans nos assiettes ; et de la production de graisse végétale, utilisée comme huile de cuisson ou dans les produits alimentaires (lécithine de soja). Selon l'US Soy Board, le soja représente 61% de la consommation d'huile végétale américaine, suivi du colza, lui aussi OGM, pour 11% et l'huile de palme pour 8%.


Des résidus de roundup dans le soja GM


Compte tenu de la centralité du soja dans nos systèmes alimentaires et agricoles, les conclusions d'une nouvelle étude publiée dans la revue scientifique Food Chemistry laissent songeur. Des chercheurs du Centre de Biosécurité de l'université de Tromsø (GenØk) en Norvège ont constaté que les graines de soja GM Roundup Ready (RR) de Monsanto contiennent plus de résidus d'herbicides que leurs homologues non-OGM. L'équipe a également constaté que les grains génétiquement modifiés sont d'une qualité nutritive inférieure.

Dans l'étude , les chercheurs ont examiné des échantillons de trois types de soja cultivés dans l'Iowa : 1 ) ceux qui sont cultivés à partir de semences génétiquement modifiées tolérantes aux herbicides (RR) ; 2 ) ceux qui sont cultivés à partir de semences non génétiquement modifiées, mais dans un régime conventionnel de production à base de produits agrochimiques ; et 3 ) le soja biologique, c'est à dire, non-OGM et cultivé sans pesticides.

Ils ont trouvé des résidus de glyphosate (l'ingrédient dit « actif » dans le Roundup) et de l'acide aminométhylphosphonique , ou AMPA , un résidu de décomposition chimique du glyphosate, sur les dix échantillons OGM analysés, mais dans aucun des non-GM ou bio.

Le soja OGM avait un total de résidus en moyenne de 11,9 parties par million (ppm), avec une valeur maximale de 20,1 ppm- c'est à dire dans la limite des taux fixés par l'Agence de protection de l'environnement (EPA) à 20 ppm pour la Limite Maximale de Résidus, un seuil partagé par l'Union européenne et l'OMS (Codex alimentarius). Pourtant, comme le notent les auteurs, en 1999, Monsanto signalait que l'analyse maximale enregistrée de résidus de glyphosate trouvé dans le soja Roundup Ready était de 5,6 ppm - un niveau que la compagnie jugeait alors « extrême » et « beaucoup plus élevé que celles qu'on trouve habituellement ». Depuis les normes ont été arbitrairement revues à la hausse pour atteindre 20 ppm.


Controverse sur les doses admissibles


Comme le notent les auteurs, il existe une forte controverse scientifique quant aux effets à faible dose du glyphosate, et des résidus du Roundup. En fixant la limite maximale de résidus à 20 parties par million et une dose journalière admissible élevée à 0,3 mg/kg/jour, les États-Unis comme les régulateurs européens de l'EFSA écartent tout simplement ces  risques à faible dose, plus particulièrement le risque de perturbation du système endocrinien (hormones).

Pourtant, une étude de 2012 menée par le biologiste Rick Relyea de l'Université de Pittsburg constatait que le Roundup dans l'eau à 3 ppm induisait des changements morphologiques chez les grenouilles. Dans un autre article scientifique, des chercheurs allemands ont soumis différentes souches bactériennes, que l'on trouve généralement dans les intestins de volailles, au glyphosate à des niveaux de 5 ppm et moins, soit des doses inférieures à la moyenne du soja GM servant à nourrir les volatiles en batterie. L'équipe allemande a ainsi constaté que le glyphosate avait tendance à nuire aux bactéries bénéfiques comme Lactobacillus, tandis que les agents pathogènes comme la salmonelle (Salmonella Enteritidis) avaient tendance à présenter une « très forte résistance ». Les résultats suggèrent donc que le glyphosate peut aussi modifier l'équilibre de la flore intestinale – des résultats peu rassurants, compte tenu de récentes conclusions scientifiques tendant à démontrer que des changements subtils dans l'équilibre bactériologique de notre corps peuvent avoir un impact important sur notre santé.

La nouvelle étude norvégienne a également constaté de faibles mais statistiquement significatives différences dans la qualité nutritionnelle des différents types de soja : les fèves de soja biologiques ont des niveaux de protéines légèrement plus élevés que les deux autres, et des niveaux plus bas d'acides gras Oméga-6, tandis que les Oméga-3 ne montrent aucune différence significative.


"Une exposition la plus élevée jamais observée"


La nourriture n'est pas seulement la voie d'entrée du glyphosate et de ses résidus dans notre corps. Dans une étude de 2011, les chercheurs de l'US Geological Survey ont « détecté fréquemment » du glyphosate dans les eaux de surface dans le bassin du fleuve Mississippi, une source majeure d'approvisionnement en eau pour les populations. En France également, le lgyphosate se retrouve dans le eaux de surfaces au point de contaminer la production de lentilles vertes au-délà de limite maximale de résidus (LMR) comme s'en alarmait l'ANSES en 2011. Des traces de glyphosate, ou de son dérivé l'AMPA, ont été trouvées dans des doses supérieures à la limite de qualité en vigueur, démontrant leur capacité d'infiltration vers les nappes contrairement aux dires des producteurs. En 2013, l'association écologiste Les Amis de la Terre publiait une analyse européenne concluant que des traces de glyphosate avaient été détectées dans les urines de 43,9 % des personnes testées dans 18 pays européens. Dernière découverte en date, et pas la moins inquiétante, en avril 2014 des résidus de glyphosate ont été dépistés dans des échantillons de lait maternel de femmes américaines, laissant suggérer un possible effet bio-accumulateur le long de la chaine alimentaire !

Charles Benbrook , un chercheur de l'Université d'État de Washington qui a documenté la hausse de la consommation de glyphosate liée à l'explosion des cultures GM Roundup Ready, affirme que « l'exposition alimentaire humaine au glyphosate est sans doute aujourd'hui la plus élevée jamais  observée aux États-Unis, tous pesticides commercialisés confondus. » Benbrook s'alarme face au cumul des expositions et des effets cocktail : « Quand vous considérez les doses supplémentaires que nous recevons à travers l'eau et parfois l'air, cette substance chimique se trouve réellement dans une classe à part en termes d'exposition humaine. » Avec une consommation annuelle de pesticide à base de glyphosate supérieure à 30 millions de tonnes, cela représente une moyenne de 100kg/an par Américains.

En cours de réévaluation, le Roundup n'est pourtant pas soumis à de nouvelles études officielles de toxicologie, tandis que les découvertes des chercheurs indépendants sont systématiquement écartées. Les autorités sanitaires, en particulier l'EFSA, persistent à ne vouloir évaluer que son composé dit « actif », le glyphosate, alors que la formulation commercialisée, tant pour les professionnels que les jardiniers, contient des adjuvants chimiques (POEA) dont les effets toxiques sont tout aussi inquiétants, mais dont la composition reste protégée par le « secret industriel ». Dans sa dernière étude publiée sur les pesticides (Mesnage & al., janvier 2014), l'équipe du Pr Séralini s'était justement penchée sur la toxicité réelle des pesticides dans leur formulation commerciale, mettant à jour une toxicité in vitro bien plus élevée comparée aux principes actifs testés seuls. "Nos résultats remettent en question la pertinence de la dose journalière admissible (DJA) pour les pesticides" expliquent les chercheurs, ajoutant que "les essais concernant la toxicité des pesticides peuvent ne pas refléter les expositions environnementales pertinentes."Aux vues de la contamination généralisée des aliments OGM par les pesticides, mais aussi de plus en plus de l'eau et de l'air, le véritable secret de l'industrie pourrait bien être celui de l'impact sur la santé de ces herbicides sous-évalués.

 

Source : "Etude scientifique : des résidus de roundup plus importants dans l'alimentation OGM", blog Mediapart, Benjamin Sourice, le 24 avril 2014

Cet article est partiellement tiré du magazine d'investigation américain Mother Jones, Monsanto GM Soy Is Scarier Than You Think par Tom Philpott, mercredi 23 avril 2014. Benjamin Sourice, collabore depuis mars 2014 avec l'équipe de chercheurs du Criigen qui a publié de récents travaux sur la toxicité cachée des pesticides et du Roundup. Les propos et informations émis sur ce blog n'engagent que leur rédacteur.