Support Séralini Team for GMO Risk Research - CRIIGEN
Soutenir le CRIIGEN

L'Europe baisse la garde sur les OGM

Vendredi 4 Juillet 2008

Bruxelles veut fermer les yeux sur les petites contaminations par des transgéniques interdits. Malgré les incertitudes pour la santé et l'environnement. Ouest France du 27 juin 08.

L'image de cargaisons de maïs consignées dans les ports, pour cause de contamination par des OGM interdits, devrait bientôt appartenir au passé. C'est ce que souhaite la Commission de Bruxelles.

Elle est convaincue qu'il n'est pas possible de perturber des pans entiers de l'économie agricole pour de simples traces de transgéniques. Même si leur impact sur la santé ou l'environnement n'a pas encore été évalué.

Elle compte proposer, "avant l'été", aux pays de l'Union européenne, une "solution purement technique" pour éviter que de telles situations se reproduisent trop souvent. C'est ce qu'indique un document interne de l'éxécutif européen.

Un "seuil de détectabilité" serait fixé à 0,1%. Il serait considéré comme le zéro des appareils de laboratoire. En outre, les services bruxellois indiquent qu'en raison des "incertitudes liées à l'échantillonnage et aux analyses", les Vingt-Sept devraient multiplier le seuil par 2 ou 3 avant de demander aux douanes de passer à l'action. Ce qui porterait le niveau de tolérance à 0,2% voire 0,3%.

Si limitée soit-elle, cette marge de manœuvre permettrait aux Etats-Unis, au Brésil ou à l'Argentine de poursuivre leurs exportations sans trop de risque, au moins à court terme. La dépendance des élevages européens aux importations de maïs et de soja en provenance du continent américain est telle, justifie la Commission, qu'il ne sera bientôt plus possible de garantir leur approvisionnement sans fermer un peu les yeux sur les transgéniques.

Elle rejoint donc la position des éleveurs et de l'industrie agroalimentaire, qui évaluent à plusieurs dizaines de millions d'euros les pertes liées à la "tolérance zéro" pratiquée par le Vieux Continent à ses frontières, dès qu'il s'agit d'OGM. Et, fait remarquer une lobbyiste pro-OGM, "on accepte jusqu'à 2% d'excréments de rats ou de cailloux dans les produits agricoles"...